Skip to content

[Réforme territoriale – Grandes Régions] Le Nord – Pas-de-Calais reste seul : «Une erreur historique» pour Bruno Bonduelle – La Voix du Nord

8 juillet 2014

La réforme territoriale ne touche pas au Nord – Pas-de-Calais. Ce statu quo fait bondir Bruno Bonduelle. Le fondateur du Comité Grand Lille plaide pour une fusion avec la Picardie, au nom d’une logique historique, géographique et économique. Il s’explique.

1746743131_B973089838Z.1_20140706112047_000_GKE2PBK7S.1-0.jpg

– Pourquoi regrettez-vous l’absence d’un rapprochement avec la Picardie ?

« C’est une occasion perdue. Daniel Percheron a refusé cette possibilité à cause du poids du Front national dans la région comme en Picardie. Les raisons politiques l’ont emporté. La fin de son mandat régional explique aussi son manque d’enthousiasme pour un rapprochement. Je lui ai dit : “Daniel, c’est une erreur historique”. Il ne faut pas que le court terme l’emporte sur le long terme.

J’ai longtemps vécu à la limite de la Somme et de l’Aisne. Pour déménager le siège social de l’entreprise que je dirigeais, j’ai fait un referendum parmi les cadres, un tiers voulait aller à Amiens, un tiers à Paris et un tiers à Lille. Nous avons effectué le transfert à Villeneuve-d’Ascq. En vingt-cinq ans, les effectifs ont quadruplé. »

– En quoi les deux régions ont-elles des points communs ?

« Beaucoup de liens nous unissent. Les Picards sont des Ch’tis du Sud. Nous avons la même météo, les mêmes champs de betteraves, le même passé textile, les mêmes nécropoles de 14-18. la même Côte d’Opale qui se prolonge avec l’extraordinaire baie de Somme. à Amiens et à Saint-Quentin, les élégantes viennent faire leurs courses à Lille. L’université d’Amiens a été créée ex-nihilo à partir de l’université de Lille. Sans fusion, nous resterons limités entre deux pôles d’attraction que sont Paris et Bruxelles. C’est un gâchis énorme pour Lille de ne pas rayonner jusqu’en Picardie. Amiens n’a pratiquement pas de sièges sociaux, c’est un désert tertiaire. Le leadership de Lille ne sera pas contesté alors qu’en rapprochant Picardie et Champagne-Ardennes, on trouve deux villes sœurs qui se disputent (Amiens et Reims) car aucune ne s’impose à l’autre. »

– Les partisans du statu quo pour le Nord – Pas-de-Calais jugent qu’il a un seuil critique suffisant…

« Raisonner comme cela, c’est jouer “petit bras”, c’est du conservatisme, un manque d’imagination et d’ambition. De grandes régions vont se créer à notre barbe. Nous risquons de disparaître du champ. Gagner en taille, ça compte. Il faudrait à tout le moins prendre la Somme avec nous. L’Ile-de-France n’en finit pas de grossir et arrive aux portes d’Arras. Une région Nord-Picardie entre la Belgique et Paris gagnerait de la force. La France ne compte que onze vraies métropoles, les quatre “millionnaires” Paris, Lyon, Marseille et Lille, les quatre “incontournables” Bordeaux, Toulouse, Nantes et Strasbourg et trois “repêchées”, Rouen, Dijon et Ajaccio. C’est autour d’elles qu’il faut redessiner la France. Une région sans métropole marche comme un canard sans tête. »

Source : Le Nord – Pas-de-Calais reste seul : «Une erreur historique» pour Bruno Bonduelle – Région – La Voix du Nord.

1483945374_B973089838Z.1_20140706112047_000_GJR2P933A.1-0.jpg

Publicités
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :