Skip to content

[Ecologie – Economie sociale et solidaire] Une épicerie bio itinérante pour fournir les communes les plus isolées

1 août 2014

 

Camionnette jaune de l'épicerie itinérant l'Hirondelle et cagettes de fruits et légumes exposées
L’Hirondelle, épicerie bio itinérante

Dans l’Indre, l’Hirondelle, une épicerie itinérante, sillonne les rues afin de fournir les communes les plus isolées en produits bio. 

On connaissait les food trucks, ces camions restaurants nomades assaillit de clients à la pause déjeuner, voici désormais l’épicerie mobile. Et bio de surcroît ! La pionnière du genre s’appelle l’Hirondelle et sillonne les routes de l’Indre à la rencontre des consommateurs. Léna Simon et Hélène Godet se sont lancées dans l’aventure en juillet 2012. La première était employée dans un salon de thé, la seconde fleuriste. Aujourd’hui, elles proposent des produits bio dans les communes où les magasins spécialisés et les coopératives n’ont pas encore fait leur nid.

L’Hirondelle voyage en milieu rural afin de faciliter l’accès aux produits bio, la plupart du temps locaux ou issus du commerce équitable. Épicerie, fruits et légumes de saison ou encore produits d’entretien, cette épicerie nomade propose des produits complémentaires à ceux que présentent les marchés traditionnels où elle pose parfois ses étales. Pour l’heure, l’Hirondelle ne propose ni viande ni produits frais, faute d’équipement adéquat.

Ravitaillement et sensibilisation 

Tout a commencé avec l’envie de travailler toutes les deux” explique Léna. Dans un premier temps, les jeunes femmes se sont posé la question d’ouvrir un boutique, mais la réalité du territoire imposait d’être mobile, pour toucher plus de gens. L’épicerie itinérante était née. Aujourd’hui elle permet aux communes à 50 km à la ronde d’avoir accès à des produits bio, mais pas seulement. L’idée est aussi de sensibiliser les gens sur l’impact de leurs choix de consommation. C’est pourquoi l’Hirondelle propose de la documentation, en plus des denrées alimentaires. Conscientiser les populations sur ce qu’elles achètent, mais aussi sur la manière dont elles l’achètent. Léna et Hélène ont choisi de privilégier le vrac autant que possible. Pour Léna il fallait opter pour un système qui permette “de limiter le nombre d’emballages, mais aussi pour le client de choisir les quantités.”

Créer du lien social

En partant à la rencontre des consommateurs, l’Hirondelle établi un rapport privilégié avec ses clients. Après deux ans d’activités, elle s’est créé un réseau de clients fidèles, ce qui n’empêche pas les touristes curieux de s’aventurer dans la camionnette. Mais le pari n’était pas gagné d’avance. “Il a fallu que les clients passent outre leurs a priori, beaucoup étaient réticents. La démarche de monter faire ses courses à l’intérieur d’une camionnette n’a pas été évidente tout de suite.” admet Léna Simon. Pourtant, l’épicerie a su se rendre incontournable en proposant des produits bio difficiles à trouver dans le coin. Léna et Hélène ont même établi un système de livraison à domicile et des relais pour les communes les plus à l’écart. Aujourd’hui, l’Hirondelle propose des services à l’échelle locale et ravitaille les cantines de 17 écoles primaire, ainsi que des crèches et mairies.


Rédaction : Manon Laplace

Une épicerie bio itinérante pour fournir les communes les plus isolées | Bio à la une.

Publicités
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :