Skip to content

[Cultures numériques – Professionnels du Livre] La bibliothèque de Montaigne en 3D

6 janvier 2015

La numérisation des ouvrages de l’auteur périgourdin des « Essais » se poursuit et l’on pourra se promener virtuellement dans sa librairie installée dans une tour du château de Saint-Michel-de-Montaigne

La bibliothèque de Montaigne en 3D
Robert Vergnieux dans son laboratoire devant la librairie de Montaigne, à Talence.© PHOTO 

LAURENT THEILLET
L

‘archéologue numérise Montaigne. À la fois égyptologue et mathématicien de formation, Robert Vergnieux dirige Archéovision, sur le campus bordelais, et met les technologies les plus pointues au service des sciences humaines et de l’histoire. En gros, il manie la 3D comme dans un studio de cinéma. Autant dire qu’au début, on l’a pris pour un Martien. « C’est encore le cas : on continue à défricher », rigole-t-il.

Robert Vergnieux a commencé au milieu des années 1990 sur le temple de Karnak, en Égypte. À partir des relevés sur le terrain, ses équipes parviennent à simuler ce qui a disparu, en 3D : celle-ci ne révèle rien, mais permet au moins d’évacuer des hypothèses. À Karnak, la simulation en trois dimensions a permis de préciser sur quel support les statues monumentales des pharaons ont pu être agencées. Depuis dix ans, le labo a mené à bien 300 projets de ce genre, sous cotutelle du Centre national de la recherche scientifique (CNRS), de l’Université de Bordeaux et de l’Université Bordeaux Montaigne.

  • Lire ce que Montaigne lisait

Et donc, entre des collaborations sur l’Égypte ancienne, sur le site d’Herculanum ou la restitution d’ex-usines automobiles, Archéovision trouve encore le temps de s’intéresser à la librairie du philosophe périgourdin (1533-1592), celle qu’on trouvait dans la petite tour ronde de son château à Saint-Michel-de-Montaigne (carte en fin d’article). But du jeu : restituer la bibliothèque de l’auteur des « Essais » telle qu’elle était du temps où il y passait son temps à lire, écrire et penser. Le laboratoire intervient dans le cadre du vaste projet de numérisation de son œuvre, entamé l’an dernier. Un gros projet sélectionné par l’Agence nationale de la recherche et porté par le Centre d’études supérieures de la Renaissance (Université de Tours) qui permettra à terme de se promener virtuellement dans la bibliothèque, cliquer sur un livre pour accéder à son contenu numérisé et lire ce que Montaigne lisait.Selon la liste établie par le chercheur Alain Legros, la collection de Montaigne comprenait une centaine d’ouvrages, dispersés un peu partout. Il en reste à numériser.

  • Photogrammétrie

La « collecte » des maximes, qu’il a fait graver sur les poutres et les solives du plafond de la bibliothèque, et leurs différentes versions (certaines se superposent) est, elle, presque achevée. En Dordogne, aujourd’hui, la pièce est bien vide. Qu’à cela ne tienne. Pascal Mora, l’ingénieur d’Archéovision, qui travaille plus précisément sur le projet, a ses habitudes dans la tour du château Montaigne, aux confins de la Gironde et du Périgord : « Les premiers relevés ont été réalisés dans les années 2000. On a aussi procédé par photogrammétrie pour avoir un rendu de la librairie comme si elle avait été scannée et par orthoimage, des photos sans perspectives », raconte-t-il. Chaque étape a été validée par des spécialistes de Montaigne, en particulier le chercheur Alain Legros, qui a établi que Montaigne avait conservé les livres de son ami La Boétie (qui lui, a son fief à Sarlat).

  • La couleur du plafond

En croisant la description effectuée par Montaigne lui-même de sa librairie et les images restituées, les uns et les autres discutent encore pour savoir combien d’étagères comptait la pièce et de quelle couleur était le plafond. Aux dernières nouvelles, le plafond aurait été blanc et il y aurait eu trois travées dont la troisième équipée de pupitres. Et comment le sait-on ? Parce que les simulations faites par Archéovision ont montré que la phrase d’hommage à La Boétie qui, d’après Alain Legros, surmontait le meuble, était trop longue pour tenir sur deux. CQFD.

Source : La bibliothèque de Montaigne en 3D – SudOuest.fr.

Advertisements
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :