Skip to content

[Cultures de l’Imaginaire – Littérature] «Puppygate» : La polémique déchire écrivains et fans de science-fiction aux Etats-Unis

26 avril 2015

LITTERATURE Depuis début avril, les prix Hugo, les plus prestigieux de la science-fiction et de la fantasy américaines, sont secoués par un psychodrame, dans lequel même l’auteur de «Game of Thrones», George R.R. Martin, s’est impliqué…

 Les prix Hugo, prestigieuses récompenses de science-fiction et de fantasy, se trouvent pris dans une énorme polémique. Au point que des auteurs nommés pour ces prix remis le 22 août prochain ont demandé à ne plus concourir… Même George R.R. Martin, l’auteur du Trône de fer a pris position sur l’affaire via son blog en qualifiant la polémique de «Puppygate». Comment en est-on arrivé à discréditer ce prix, qui par le passé, a récompensé les auteurs anglophones comme Isaac Asimov, Ursula K LeGuin, Arthur C. Clarke, J.K. Rowling, Neil Gaiman, Dan Simmons…?
J.K. Rowling avait reçu le Prix Hugo du meilleur roman en 2001 pour Harry Potter et la Coupe de feu. – Evan Agostini/AP/SIPA

Les conservateurs contre les progressistes

A l’origine de la polémique, l’intense lobbying mené par deux groupes qui avaient réussi à placer leurs auteurs de prédilection parmi les nommés. Le premier groupe, celui des «Sad Puppies», emmené par Brad R. Torgersen. Dans une note de blog, début février, l’écrivain disait regretter que les romans de SF souvent nominés traitaient de sujets comme les préjugés racistes, le sexisme, les thématiques gays. Trop souvent primaient, selon lui, «l’idéologie» (de gauche) et les «qualités littéraires» pour distinguer les œuvres. Brad R. Torgersen a également milité pour que ce prix Hugo soit attribué par un public plus large et que soient créés des catégories comme une consacrée au jeu vidéo.

Le deuxième groupe, celui des Rabid Puppies, emmené par l’écrivain Vox Day, se veut encore plus dur, voire réactionnaire.

De fait, la campagne de lobbying a porté ses fruits, puisque parmi les nommés le 4 avril au prix Hugo dans la catégorie meilleur roman se sont retrouvés trois auteurs plébiscités par les «Sad Puppies»: Kevin J. Anderson, Jim Butcher and Marko Kloos. Et le Guardian a noté que trois ouvrages de la catégorie «meilleure nouvelle» (sur cinq au total) sont signés John C. Wright«un écrivain connu pour ses prises de position homophobes».

Des écrivains renoncent à concourir

En réaction, des auteurs ont commencé à se désolidariser du prix Hugo qu’ils considèrent désormais comme plombé par cette campagne. Nommé dans la catégorie «meilleur écrivain fan», un auteur a fait savoir qu’il se retirait de la compétition. Le fanzine Black Gate a déclaré dimanche dernier qu’il ne souhaitait plus concourir tant est menacée «l’intégrité» du prix. La semaine dernière, Les auteurs Marko Kloos et Annie Bellet ont aussi demandé à être retirés de la compétition. Peu après, l’écrivain Connie Willis, multiprimée, a déclaré qu’elle renonçait à présenter les prix Hugo, expliquant qu’elle ne voulait servir de caution aux «Sad Puppies».

Les méthodes de ces groupes ont été dénoncées par des écrivains renommés comme John Scalzi et Alastair Reynolds. Ce dernier déplore la «prise en otage» du prix Hugo par un groupe de «néo-fascistes (…), racistes, homophobes et intolérants à l’égard de quiconque ne souscrirait pas à leurs coyances religieuses ultra-conservatrices.»

L’implication de George R.R. Martin

L’une des voix la plus connue dans le monde de la science-fiction et de la fantasy s’est aussi élevée. George R.R. Martin, auteur de la saga Le Trône de fer, a dénoncé cette «vilaine bataille» sur son blog le 8 avril dernier. S’il reconnaît que le lobbying des «Sad Puppies», «des écrivains et des fans aux tendances plutôt politiquement conservatrices» était légal, il leur reproche toutefois «d’avoir détruit les Prix Hugo». «Si seulement les Sad Puppies avaient voulu leur propre récompense, pour la meilleure SF conservatrice (…), personne n’y aurait rien trouvé à redire». Dimanche dernier, il se déclarait toutefois en faveur de la poursuite de la remise des prix et des votes.

Cette bataille n’est pas sans rappeler celle du Gamergate, dans le milieu du jeu vidéo. L’an passé, une série de polémiques avait mis au jour l’extrême misogynie d’une minorité de la communauté vidéoludique.

Source : http://www.20minutes.fr/culture/1592243-20150421-puppygate-polemique-dechire-ecrivains-fans-science-fiction-etats-unis – Joel Metreau

Advertisements
8 commentaires
  1. John C Wright permalink

    The comment about John C Wright is a lie. He is not a homophobe, and does not voice any anti-homosexual positions.

    The article is repeating this article here (http://www.20minutes.fr/culture/1592243-20150421-puppygate-polemique-dechire-ecrivains-fans-science-fiction-etats-unis), which repeats the libelous articles by Alison Flood and Damien Walter in the Guardian.

    Are English and French Journalists unable to do the work of contacting the people they libel?

    J'aime

  2. Xavier permalink

    Copier/coller de la presse libérale US… Du beau journalisme. On dirait la Pravda. Et au passage, on traîne quelques auteurs dans la boue sans vraiment chercher à se renseigner sur le pourquoi du comment.

    Au passage… «prise en otage» du prix Hugo par un groupe de «néo-fascistes (…), racistes, homophobes et intolérants à l’égard de quiconque ne souscrirait pas à leurs coyances religieuses ultra-conservatrices.»

    Ca manque pas de piquant, étant donné que les auteurs nominés sont majoritairement de gauche, avec une bonne partie de femmes et de « PoC » comme on dit aux zitazuni.

    J'aime

  3. Vivien permalink

    Quelques précisions sur une polémique que j’ai suivi de près.

    La catégorie dans laquelle M. Wright a obtenu 3 nominations sur 5 est la catégorie « novella », qui se traduit par « roman court » en français, pas nouvelle. Il y a trois catégories récompensées de fiction courte aux Hugo (novella/novelette/short stories, en français, (roman court/nouvelle longue/nouvelle courte). Sur 15 nominations possibles, les « Puppies en ont pris 15, en tout cas avant le désistement de certains d’entre eux.

    M. Wright lui-même obtient en tout 6 nominations, du jamais vu, ce qui ridiculises les affirmations que les nominations cette année seraient plus diverses du fait de l’intervention des « Puppies ». Sauf à penser que M. Wright est le plus grand auteur de SF de tous les temps.

    Cela a été rendu possible par une particularité du système de vote des Hugos pour les nominations: une sorte de premier tour géant où sont nominés les 5 travaux recevant le plus de votes dans une phase de nominations libre. En pratique, comme les votes sont très dispersés (des millers de nouvelles de SF sont publiées chaque années aux USA), il est possible pour une petite minorité bien organisée de rafler la mise, à condition de voter en bloc une liste prédéfinie. C’est ce qui s’est passé en pratique cette année: selon des estimations à partir du nombre de nominations , les « Puppies » représenteraient un bloc plus ou moins homogène de 200-300 personnes, sur un pool de votant de 2000 personnes environ (4000 participeront à l’élection finale), pour 100 % des places dans les catégorie courte. La catégorie « meilleur roman » a un tout petit peu mieux résisté, grace à des votes naturellement un peu moins dispersé et une base de votant un peu plus étendue.

    Contrairement aux accusations répétées des « Puppies », y compris sous ce billet, la polémique actuelle ne porte pas tellement sur la nature des travaux nominés, ni sur les opinions de leurs promoteurs (bien que celles ci soient effectivement détestables). Le principal problème est la confiscation d’un procédé démocratique, basé sur le crowdsourcing auprès d’une base réduite mais très informéesur son sujet de prédilection, par une minorité essentiellement motivée par des raisons politiques.

    J'aime

  4. Vivien permalink

    Quant aux accusations d’homophobie, de racisme et de misogynie pour messieurs Wright et Beale, ils ont beau jeu de les nier, et de prétendre à la déformation de leur propos. A l’heure d’internet, il est possible de se faire une opinion directement sur les propos d’origine, à condition de lire l’anglais.

    Concernant M. Wright, ce billet cite une lettre de celui-ci, et en extrait des morceaux particulièrement ahurissant : assimmiliation de l’homosexualité à la zoophilie, la pédophilie, voire le génocide de masse. La grande classe.

    http://www.democraticunderground.com/discuss/duboard.php?az=view_all&address=221×144365

    Quant à Theodore Beale, alias « Vox Day », leader des « Rabid Puppies », on trouvera un résumé de ses déclaration les plus marquantes, avec lien vers les sources originales, au lien suivant. Lui aussi nie bien sûr toute accusation de racisme.

    http://rationalwiki.org/wiki/Theodore_Beale#cite_note-acid-16

    Mes deux préférées, traduites de l’anglais par mes soins :

    « Il est absurde d’imaginer qu’il n’y ait aucun lien entre la race et l’intelligence »

    « Quelques visages brulés à l’acide (note: en mention aux attaques perpétrés contre des militantes des droits des femmes), sont un petit prix à payer pour des mariages durables, des familles stables, des enfants légitimes, un endettement faible, une monnaie forte, un immobilier abordable, une population homogène, une criminalité fiable et la stabilité démographique »

    J'aime

Trackbacks & Pingbacks

  1. [Cultures de l'Imaginaire - Littérature]...
  2. And now the French | John C. Wright's Journal
  3. And now the French | Neoreactive
  4. The Demolished Puppy 4/27 | File 770

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :